QUI SOMMES-NOUS?


Historique de l'asbl Centro Galego de Bruxelas

 

Le Centro Galego de Bruxelas a été créé en 1979 en tant qu'association des Galiciens à Bruxelles. Après cinq années d'existence, la commune de Saint-Gilles a mis à disposition de l'association une ancienne cantine scolaire située dans la rue Vlogaert. L’asbl a rénové et transformé les locaux avec ses membres en salle de fête et de répétitions, salle de réunion, et y a même créé un restaurant proposant des produits régionaux. 

 

Le Centro Galego organisait régulièrement des Queimadas, fêtes musicales se voulant moments d'échanges entre les différentes cultures. Et c'est de cette façon que l'association a acquis de plus en plus de membres d'origine belge ou d'autres nationalités.

 

L'association s'est donnée comme buts de développer et de promouvoir la culture galicienne. Elle a fondé un groupe de danse et de musique traditionnelles qui a remporté en 1992, le concours Mondial de danses folkloriques à Palma de Mallorca en Espagne en représentant la Belgique.

 

Mais le Centro Galego, ne s'arrête pas là. L'asbl organise périodiquement, des cours de danses et de musiques traditionnelles du monde tel que du flamenco, de la danse orientale, de la cornemuse,... ainsi que des concerts de musiques du monde.

 

Les locaux à St-Gilles devenant trop petits, les membres du Comité de Direction, partent à la recherche de locaux plus spacieux. 

 

La Tentation

 

Pendant des dizaines d'années, le bâtiment situé au numéro 28 de la rue de Laeken, n'a été que l'un des innombrables chancres urbains de Bruxelles. Jusqu'au jour où, par un heureux hasard, le Centro Galego de Bruxelas le remarque, el malgré l'état lamentable du bâtiment, c'est le coup de foudre. Six mois durant, La Tentation est en totale rénovation. En février 1997, la voilà prête à assurer sa nouvelle mission de centre de musique et de musique traditionnelles agrémenté d'un espace café-restaurant.

 

Pour les plus vieux habitants de Bruxelles, La Tentation est toutefois synonyme de bien d'autres souvenirs. C'est ici, en effet, qu'avait pris demeure l'un des plus grands et des plus populaires magasins d'étoffes. Pendant cette période de prospérité, la magasin faisait travailler plus de cinquante personnes et les chalands, venant de partout, se pressaient vers le rue de Laeken pour se procurer rideaux, jalousies ou revêtments muraux.

 

En 1987, un incendie met brusquement fin aux activités du magasin  "A La Tentation". Tout comme les rouleaux de tissus et les grands comptoirs en bois, une page d'histoire s'envole en fumée.

 

La rénovation du bâtiment

 

Le Centro Galego a rénové le bâtiment de la rue de Laeken pour le transformer en un centre de danse et de musique traditionnelles. Avant cette transformation, l'endroit était demeuré vide pendant presque 10 ans.

 

Après l'incendie, le bâtiment d'A la Tentation a été racheté par une société immobilière néerlandaise et il est resté vide pendant huit années. Il se présentait comme l'un des nombreux chancres urbains du centre de Bruxelles. En 1996, on pouvait lire dans Le Soir: "La ville de Bruxelles réclame au propriètaire un impôt sur l'inoccupation se chiffrant à 1,2 million par an. Le propriétaire a dû payer cette somme également en '93 et '94. Mais en 1995, il a pu échapper à cet impôt en raison de son intention de rénover le bâtiment. L'Echevin de l'Urbanisme est disposé à faire peser la menace d'expropriation aurpès du prorpiètaire..." Pendant ces années, le bâtiment a été plusieurs fois squatté par les vagabonds. Des voleurs se sont emparés de morceaux de marbre des cheminées ou de fer forgé de la balustrade. Lorsque l'association Centro Galego de Bruxelas aperçut le bâtiment en 1996, il était complètement en ruine. Il était tout noir, des vitres étaient brisées et le toit laissait s'infiltrer depuis des années.

 

A cette époque, le Centro Galego recherchait une nouvelle installation déjà depuis un petit moment. L'association avait pris demeure à Saint-Gilles mais en raison du nombre croissant de ses activités, ses locaux apparaissaient comme trop petits.

 

Par le biais de son entreprise de rénovation, le président du Centro Galego, Miguel Palomo entra en contact avec le représentant belge du propriétaire d'A la Tentation. "Lorsqu'il entendit que nous étions à la recherche d'un grand espace, il nous proposa de louer ou d'acheter ce bâtiment. Nous avons refusé quand nous avons vu l'état dans lequel il se trouvait. Nous sommes finalment arrivés à un accord prévoyant la location du bâtiment pendant 30 ans à un prix moindre avec l'option de l'acheter ensuite. De ce fait, les frais de rénovation étaient à notre charge." Le Centro Galego releva le défi et entreprit une totale épuration du lieu. Il fut orné de nouvelles fenêtres et l'escalier ainsi que la balustrade disposèrent d'une nouvelle rampe en fer et en bois. Tous les plâtres des murs et du plafond entre les poutres et les planches. "Nous n'avons pas redonné à l'endroit son état d'origine." explique Miguel Palomo. "Une telle entreprise eut été trop coûteuse. Nous avons cherché un compromis entre la situation initiale et notre style. Ainsi, les colonnes que étaient autrefois blanches, ont été peintes en jaune et rouge-vin. Les murs de pierre et les plafonds en bois ont été mis a nu. Le Centro Galego a donné sa préférence à la couleur chaude de la brique". Ensuite, un large revêtement a été installé au rez-de-chaussée et les cuisines ont pris place au premier étage.

 

L'association a décidé de conserver le nom de l'ancien magasin qui figurait toujours en grandes lettres sur le bâtiment. Le premier février 1997, la Tentation était pour la première fois à nouveau ouverte au public. Quelques travaux de rénovation subsistaient aux étages supérieurs. C'est là qu'ont pris place les locaux des cours et une salle de réunion ainsi que les bureaux du Centro Galego. L'ancienne grande fenêtre de verre a été provisoirement recouverte.

 

La Tentation aujourd’hui:

 

Lieu intergénérationnel ouvert à tout public, le Centro Galego organise de nombreuses activités tout au long de l'année : concerts, cours de danse et de musique du Monde, expositions, conférences, bals, etc. 

 

Notre mission première est de promouvoir la diversité culturelle. Développer en priorité les projets de musiques et de danse interactifs à Bruxelles. La Tentation réunit toutes les communautés et classes sociales et apporte des échanges et des rencontres à l’échelle du quartier et de la Ville de Bruxelles. 

 

L’association travaille également en partenariat/coproduction avec de multiples acteurs de la Ville de Bruxelles et des acteurs du monde culturel bruxellois. 

 

En vingt ans, la grande salle de La Tentation a accueilli d’innombrables fête privées et concerts de musique du monde, jazz, urbaine et contemporaine. Des stars belges ou internationales (la chanteuse de fado Mariza, Toots Thielemans, Bratsch, Carlos Núñez, notamment), mais aussi des groupes basques, argentins, brésiliens, cubains, irlandais, hongrois, tziganes ou encore de diverses cultures africaines... 

 

Cosmopolite, La Tentation est aussi pluridisciplinaire, accueillant des tournages (films, clips musicaux), du cirque, des artistes en résidence, des expos, des mariages, des formations à la citoyenneté, des débats, des réunions, des galas de boxe ainsi qu’un grand nombre de cours de danse et de musique. 

 

En deux décennies, La Tentation a su créer une dynamique culturelle unique en son genre, attirant plus de 20 000 adhérents de toutes origines. La Tentation est un  lieu riche de sa multi-culturalité où les racines se rencontrent, s’échangent, se partagent, se mélangent et parfois fusionnent.

 

Plus d'info et programmation culturelle: www.latentation.be